Le studio a qui l’on doit Max Payne, Alan Wake et Quantum Break s’est à nouveau lancé dans la création d’une histoire originale, mélangeant pouvoirs surnaturels, shooter dynamique et ambiance incroyable. Difficile de ne pas se laisser tenter par Control, disponible sur quasiment toutes les plateformes.

L’univers

On incarne Jesse Faden, l’héroïne de notre aventure qui va devoir comprendre ce qu’il se passe dans ce bâtiment improbable qu’est la Old House, QG du Federal Bureau of Control. Cette agence s’occupe d’enquêter sur des événements qui sortent de l’ordinaire et vous allez pouvoir vous y mettre aussi en enquêtant à votre façon. En effet, une fois que vous avez franchi la porte d’entrée, l’ensemble du building est scellé et le seul moyen de sortir est d’éliminer toute menace.

On explore un immeuble immense pendant l’aventure, bâtiment qui a la faculté de se métamorphoser tout au long de l’histoire. Si on aimerait avoir un peu plus de diversité dans les décors, on profite d’une architecture superbe (le brutalisme), qui est utilisé de façon optimale pour les gunfights.

Le jeu

Control est un jeu d’aventure, mais surtout d’action. Une des originalités du jeu est son arme unique. En effet, Jesse récupère rapidement une arme qui a la possibilité de se transformer. Vous pouvez choisir votre “forme” (tir chargé, tir dispersif…) en fonction de votre style de jeu et en fonction de vos ennemis. A cette arme, s’ajoute des mods que l’on trouve en explorant les étages. Ces mods apportent des améliorations à votre arme et à vos compétences.

Ce qu’on aime beaucoup, c’est l’ambiance. Les bureaux sont vides ou presque, on croise un concierge un peu bizarre, des portes que l’on ne peut pas ouvrir pour le moment faute de droits d’accès et on découvre des documents censurés un peu partout.

La menace que vous allez traquer, ce sont des êtres un peu surnaturel avec des pouvoirs eux aussi, ce qui corse pas mal le jeu. Okay vous pouvez projeter des objets ? Et bien eux aussi. Leur façon de jouer vous donnera peut être des idées. C’est le fait que vous soyez sur le même pied d’égalité avec vos ennemis qui donne une dimension agréable aux combats.

La façon dont on nous raconte l’histoire comme le style visuel adopté nous fait facilement penser au travail de David Lynch, mais c’est aussi une signature incontournable du studio Remedy (de Sam Lake évidemment mais aussi de toute l’équipe qui travail sur le jeu).

L’histoire est tordue, et on aime ça. On ne sait pas vraiment où ça nous mène et on découvre le scénario comme on regarde une bonne série de science fiction. Tout dans la réalisation est soigné, de la musique (Petri Alanko à nouveau) aux feuilles qui s’envolent quand vous faite une onde de choc sur le sol dans un bureau.

La durée de vie

On peut compter entre 11h et 12h pour faire le scénario principal, et encore quelques heures de plus si l’on veut mettre la main sur tous les détails qui se trouvent dans le jeu. Comme d’habitude, c’est une vraie mine d’or que nous propose Remedy avec les vidéos du Dr Darling et les enregistrements audio éparpillés dans les couloirs.

Pas de co-op ou de multi, Control est une expérience solo, qui a quelques DLC de prévus.

Verdict

Les points positifs

  • Le gameplay vraiment bien foutu
  • L'ambiance, le scénario, la musique, tout quoi...

Les points négatifs

    Mentions spéciales

    Les scènes de gunfights
    9.5
    L'improbabilité des personnages
    9
    Le clin d'oeil à Alan Wake
    10
    La règle des 3 s'applique
    10

    En résumé

    Control propose une expérience de jeu prenante. Un style graphique superbe, un très bon scénario avec un gameplay qui va bien, rien à redire sur la réalisation. Jouez-y !

    Où se trouve la note attribuée au jeu dans ce test ?
    C'est simple, il n'y en a pas. Nous pensons que l'expérience offerte par un jeu vidéo ne peut être réduite à une notation arbitraire aussi complexe soit-elle. Nous vous invitons à lire l'ensemble du test ainsi que le verdict qui donnent une idée assez détaillée sur l'expérience procurée par le jeu.