Longtemps resté à l’état de rumeur, l’annonce du remake de Demon’s Souls (PS3) sur PS5 a donné une autre dimension au lancement de la nouvelle console de Sony. Véritable fer de lance, il nous a enfin montré la puissance de la PlayStation 5 avec une exclusivité new gen.

En effet, le remake de Demon’s Souls n’est pas sorti sur PS4. Sans doute pour nous offrir une véritable claque graphique par rapport à la version originale sur PS3 et par la même occasion un nouveau jeu qui propose un véritable écart d’expérience entre l’original et le remake.

L’univers

L’histoire se déroule dans le beau royaume en ruine de Bolétaria. On plonge immédiatement dans une atmosphère lugubre où des démons ont tué tous les habitants de cette paisible région. On est dans un univers fantastique et médiéval, où l’on va évoluer à travers des environnements chaotiques, avec la présence d’ennemis fictifs (comme des dragons), pour des combats à base d’épées et de sorts magiques.

On est loin d’un univers comme Le Seigneur des anneaux, on se rapproche beaucoup plus d’un univers médiéval classique (avec une bonne dose de “dark” fantasy).

Le jeu

Demon’s Souls est un jeu qui nous place aux commandes d’un héros que l’on peut créer à notre image ou presque et ce dès le début de l’histoire. Respectant les codes les plus classiques des RPG, on commence par définir notre apparence physique, puis on sélectionne une classe qui va influencer nos caractéristiques personnelles.

On retrouve un système que j’ai toujours apprécié: la répartition de points d’expérience et de niveaux parmi des compétences pour améliorer notre personnage.

On doit donc choisir une classe par rapport à la façon dont on va jouer notre héros, en s’orientant plutôt combats rapprochés (plus de vie, plus de force), ou magicien (plus d’intelligence pour apprendre des sorts, plus de jauge de mana)… On pourra par la suite améliorer notre personnage comme on le souhaite, rien n’est gravé dans le marbre.

C’est assez classique mais c’est efficace. C’est un endroit clef car il influencera vos premiers pas dans le jeu et si vous choisissez une classe au hasard qui n’a aucun rapport avec votre façon de jouer, vous allez passer des premières heures assez difficiles (pour ne pas dire impossible) à mourir à la moindre occasion.

C’est le premier reproche que l’on peut faire à Demon’s Souls, il ne nous accompagne pas et ce même pendant la création de notre héros. Et si beaucoup de joueurs s’accordent à dire que c’est volontaire, ce sont aussi les mêmes joueurs qui vous conseilleront de regarder des vidéos sur Internet ou de lire des articles/guides, pour au final vous faire accompagner par l’expérience des autres joueurs (et pas par le jeu).

J’ai joué le jeu et grâce à mon expérience sur Bloodborne j’ai passé une bonne heure à lire des explications détaillées des classes sur des guides pour ne pas rater ma partie et ragequit au bout de quelques heures.

Une pensée émue pour les joueurs sur PS3 à l’époque qui devaient encore plus galérer pour comprendre complètement le fonctionnement de tout ça.

Une fois notre classe sélectionnée (et notre don de départ), on part à l’aventure pour le meilleur et pour le pire.

On se retrouve dans le Nexus, la croisée des chemins où notre héros est téléporté lorsqu’il meurt. C’est depuis cet endroit qu’il pourra utiliser des portails pour se rendre dans les différents niveaux du jeu. Demon’s Souls n’est pas un open-world ni un jeu d’aventure en couloir à sens unique.

Le jeu est découpé en 5 mondes (un château, des souterrains, un marécage, une montagne et une prison), tous avec un style graphique particulier pour nous permettre de découvrir des ennemis et des boss variés.

C’est un peu cliché, mais ça fait bien le job.

Si l’histoire commence plutôt bien avec les maigres explications de la cinématique, au bout de quelques heures on se rappelle surtout qu’on doit sauver le monde en tuant tous les démons, et c’est à peu près tout.

On rencontre relativement peu d’ennemis sur notre route (comparé à un RPG plus classique) mais ces derniers ne sont jamais anodins. Dès le début du jeu, le plus faible de vos adversaires pourra vous tuer en quelques coups.

Plutôt que de miser sur la chance ou sur vos réflexes, Demon’s Souls vous oblige à comprendre le style de combat de vos ennemis et à vous adapter. Vous devrez parer, que ce soit avec votre bouclier ou avec votre arme, ou bien esquiver les attaques en réalisant des roulades, tout ceci consommant votre jauge de stamina.

Taper en premier ne vous garantira pas la victoire, et la moindre erreur en plein combat vous sera souvent fatale. En montant de niveau, vous améliorerez votre attaque, votre défense, mais les ennemis même les plus faibles seront toujours à prendre en considération malgré votre évolution.

Lorsque vous tuez un ennemi, vous gagnez des âmes, une monnaie à utiliser dans le jeu pour améliorer votre personnage, acheter et réparer votre équipement, mais aussi à troquer pour apprendre de nouveaux sorts.

Votre nombre d’âmes sera remis à zéro si vous mourrez. Si vous souhaitez récupérer les âmes que vous possédiez au moment où vous vous êtes fait tuer, il faudra retourner à l’endroit exact où vous êtes mort.

Un système qui ne pénalise pas les joueurs qui feront attention à ne pas courir au milieu de combats tête baissée, mais qui vous donnera envie de casser votre manette quand vous vous ferez battre par un boss ou si vous mourrez en tombant dans le vide.

Demon’s Souls est un jeu difficile car il ne nous accompagne pas du tout durant toute notre partie. Si la plupart des jeux nous donnent des indices, on est ici complètement à la rue et c’est un choix qui peut s’expliquer à l’époque de sa sortie sur PS3 mais qui n’a aucun intérêt à notre époque.

La route à emprunter pour évoluer dans le jeu et pour bénéficier d’une courbe de difficulté linéaire n’est pas indiquée, et elle n’est pas logique non plus. Il faudra la découvrir (ou ragequit) ! 

En gros, lorsque vous êtes dans un monde, vous devez avancer jusqu’à ce que vous rencontriez un boss. Une fois le boss vaincu, vous pourrez vous téléporter à l’endroit où a eu lieu le combat pour continuer à avancer dans le niveau. Sinon, vous ne pouvez vous téléporter qu’au début du niveau et quand vous mourrez, vous devez à nouveau battre tous les ennemis que vous avez précédemment tués en effectuant le même chemin plusieurs fois.

Le jeu est long car vous passez du temps sur chaque rencontre avec un ennemi, mais vous devez surtout recommencer en boucle les combats que vous avez déjà fait. Ce qui est dommage, c’est que le jeu est complètement scripté et que les ennemis ne changent pas sur votre chemin entre votre première exploration et votre 15e essai.

Une fois le boss vaincu, vous débloquez une seconde partie pour le monde où vous vous trouvez, avec un nouveau niveau à explorer, des ennemis plus forts et souvent différents de ceux de la première étape.

Après avoir tué le second boss de ce niveau, vous pourrez vous mesurer à un boss optionnel pour récupérer un objet rare la plupart du temps. La plupart du temps ce boss facultatif a un gameplay original.

Il peut s’agir plutôt d’un combat en “rythme”, ou encore d’un combat contre un joueur en ligne qui prend le contrôle du boss, voir d’un gameplay unique avec une arme qui ne fonctionne que pour le niveau. C’est assez fun.

Le problème, c’est que le jeu ne nous indique pas quel est l’ordre des niveaux d’un point de vue difficulté. On commence le jeu à l’extérieur du château, mais la difficulté de la seconde partie du château est plus élevée que d’autres mondes que l’on peut déjà visiter.

Pour résumé, il va vous falloir vous rendre sur Internet à nouveau pour découvrir le chemin le plus pratique pour votre expérience de jeu, ou vous risquez rapidement d’abandonner l’aventure.

Que les choses soient claires, vous pouvez faire le jeu dans n’importe quel ordre, mais les joueurs les moins habitués à ce type de gameplay seront rapidement soulés. Le jeu nous abandonne et si on se met à faire le jeu dans n’importe quel ordre, on profite clairement moins dans l’univers car on passe notre temps à mourir à la moindre attaque.

Demon’s Souls n’est pas classique non plus dans sa façon d’améliorer votr epersonnage. Il faudra rencontrer et aider des PNJ durant notre aventure, pour ensuite leur parler dans le Nexus afin d’échanger des âmes contre des armes, des sorts ou des miracles.

Là aussi, Internet devient notre meilleur ami quand il faut commencer à faire des achats. Les boss vous donneront des âmes rares et uniques que vous pourrez échanger contre des armes et des sorts uniques.

Evidemment, une même âme pourra être requise pour plusieurs achats, il vous faudra donc faire un choix et si vous voulez tout acheter, vous êtes bon pour faire une nouvelle partie (New Game +) une fois que vous aurez terminé le jeu.

Une des idées les plus intéressantes dans Demon’s Souls est très mal expliqué quand on débute le jeu et la plupart des joueurs passeront sans aucun doute à côté (sauf ceux qui ont déjà joué à la version PS3).

Ce que vous faites dans chaque monde influence ce monde, en bien ou en mal. On est loin d’un Mass Effect où il faut faire des choix dans des dialogues, on parle ici des combats.

Lorsque vous entrez dans un monde, sa “tendance” est neutre. Si vous tuez les boss, elle devient de plus en plus “blanche”. Tuer des ennemis classiques ne change pas cette tendance. Si la tendance d’un monde est blanche, les ennemis font moins de dégât.

Si par contre, vous tuez des PNJ précis, ou que vous mourrez (en forme humaine) dans un monde, la tendance devient de plus en plus “noire”. Les ennemis sont plus résistants, de nouveaux ennemis apparaissent, c’est loin d’être la fête.

C’est important car ça va directement influencer votre univers (nombre d’ennemis, difficulté et même la possibilité de rencontrer des PNJ et de récupérer des objets rares). Pourtant, c’est expliqué avec les pieds.

Encore plus quand on ajoute le fait que chaque monde à sa propre tendance et que votre personnage lui aussi à une tendance ! Une tendance qui ne pourra devenir blanche que si vous jouez en multijoueur (en aidant d’autres joueurs pour des combats) ou si vous combattez des ennemis uniques dans des mondes avec une tendance noire.

J’ai oublié de vous dire que votre mort a quand même un impact. Quand vous mourrez, vous prenez une forme fantomatique. Votre personnage fait moins de bruit, il semble un peu transparent et il a surtout 50% de sa vie en moins constamment.

Pour récupérer votre forme humaine, vous pouvez battre tout simplement un boss. Attention toutefois, car si vous mourrez alors que vous aviez récupéré votre forme humaine, la tendance du monde dans lequel vous vous trouvez va devenir un peu plus sombre…

L’astuce, c’est de faire tout le jeu en fantôme, et de vous suicider dans le Nexus dès que vous en avez l’occasion et que vous aviez récupéré votre forme humaine.

Si on se tourne à nouveau sur l’expérience proposée par Demon’s Souls, on doit forcément parler de l’univers visuel et sonore qu’il nous propose.

La direction artistique est superbe et les environnements sont bluffant de réalisme. L’ambiance est oppressante, que ce soit grâce aux décors, aux effets visuels mais aussi aux différents sons qui ponctuent notre exploration.

Les mondes que l’on traverse nous paraissent vivant, pas grâce aux ennemis mais plutôt grâces à tous les détails visuels. Le vent, le feu, la pluie, tout est là pour nous faire croire que l’on se balade dans un monde qui n’est pas statique.

Malheureusement on aurait apprécié plus d’événements aléatoires. Si on a tous vu l’arbre qui prend feu dans la vidéo de présentation du jeu, c’est un des rares moments “dynamique” du jeu, et il est complètement scripté car il a lieu une seule fois dans la partie.

Le monde de la prison sort du lot, et l’ambiance est vraiment unique.

Notre personnage, nos ennemis et les boss sont magnifiques et on ne peut qu’applaudir le rendu final. Evidemment, le jeu respectant la version originale, on a des incohérences comme des boss qui tapent à travers des murs (les collisions sont assez bizarres dans le jeu).

Musicalement c’est particulier. L’ambiance est bonne, les musiques des boss accompagnent bien l’action, mais il n’y a pas vraiment une piste qui sort du lot.

Là où Demon’s Souls me laisse perplexe, c’est sur la gestion des combats. S’ils sont difficiles, c’est principalement parce que les ennemis frappent fort. On voit la moitié de notre jauge de vie disparaitre dès le premier coup, et on doit gérer les esquives, les attaques et utiliser des objets pours récupérer des vies ou de la magie.

Mais l’IA est assez bête au final. Elle ne s’adapte pas du tout à notre style de jeu. Les ennemis classiques ne possèdent la plupart du temps qu’une attaque, tandis que les boss vont avoir un comportement différent suivant que l’on attaque de loin ou non.

Si vous utilisez de la magie à distance ou un arc, le boss réagira pareil. Une fois que vous aurez compris le pattern, il suffira de bien réaliser vos attaques et croiser les doigts pour avoir de bons réflexes pour esquiver les siennes. Et c’est tout.

Tout le monde répète que Demon’s Souls n’est pas un jeu difficile mais un jeu exigeant.

Il vous demandera en effet quelques heures de recherches (beaucoup) sur Internet pour comprendre l’histoire, comment créer votre personnage, dans quel ordre évoluer dans les différents mondes, comment influer véritablement sur les tendances et enfin comment débloquer les armes et objets cachés.

C’est quelque chose qui devrait être disponible directement dans le jeu pour nous permettre de profiter de la richesse qu’il nous propose pour ceux qui le souhaitent sans avoir à utiliser son PC.

La majorité des joueurs qui n’ont pas joué aux précédents “Souls” passera à côté de tout ce qui fait de Demon’s Souls un jeu unique en son genre.

Que les choses soient claires la aussi, Demon’s Souls est un jeu difficile (à mon sens), et recommencer en boucle les combats pour comprendre les patterns des ennemis n’est pas à la porter de tout le monde. Il faut du temps mais aussi de bons réflexes et être à l’aise avec les jeux où la caméra à la 3ème personne va parfois vous empêcher de voir l’action à cause d’un poteau qui passait par là (on est souvent dans des couloirs hyper sombres).

La Dualsense ne transcende pas l’expérience de jeu. Les vibrations sont agréables mais relativement optionnelles, et lorsqu’on joue sans casque, on supporte parfois difficilement le son qui sort du haut parleur de la manette (qui fait toujours gadget)…

La durée de vie

J’ai passé plus d’une quarantaine d’heures à explorer le jeu. Le temps de sauver tous les PNJ, de me balader dans les différents mondes, de tuer tous les boss (obligatoires et optionnels) et de terminer le jeu. La seule chose qui m’a donné envie de continuer et de lancer un new game +, c’est la richesse du jeu et les différentes options proposées par les tendances.

Malheureusement, le coté chronophage des recherches pour avoir les explications sur les quêtes facultatives cachées a eu raison de ma volonté à me relancer dans le jeu pour le moment. Je le garde dans un coin pour une prochaine fois, à l’occasion.

C’était ma première expérience avec Demon’s Souls.

Verdict

Les points positifs

  • Visuellement saisissant
  • La tendance des mondes
  • L'originalité des boss

Les points négatifs

  • Le flou artistique sur presque tout le jeu
  • L'IA des boss...

Mentions spéciales

Les différentes armes et sorts
10
La variété des mondes
7
La pauvreté de l'expérience offerte au joueur pour l'aider à découvrir le jeu
4

En résumé

Demon's Souls sur PS5 est le remake d'un jeu PS3, où le gameplay efficace à l'époque l'est toujours en 2020, mais où la durée de vie du titre repose en majorité sur le flou artistique qu'il nous propose concernant la progression de notre joueur et la puissance démesurée de nos adversaires. Il nous offre pourtant un univers magnifique et une ambiance incroyable, avec une expérience totalement addictive. On est par contre lâché dans un monde où Internet est notre meilleur ami pour découvrir toutes les petites pépites du jeu car sans les guides qu'on suivra sur la toile, on passera sans aucun doute à côté de ce qui fait de Demon's Souls un jeu unique en son genre.

Où se trouve la note attribuée au jeu dans ce test ?
C'est simple, il n'y en a pas. Nous pensons que l'expérience offerte par un jeu vidéo ne peut être réduite à une notation arbitraire aussi complexe soit-elle. Nous vous invitons à lire l'ensemble du test ainsi que le verdict qui donnent une idée assez détaillée sur l'expérience procurée par le jeu.