Il a fait une entrée remarquée durant une conférence à l’E3, mais il n’était déjà pas passé inaperçu dans le milieu des jeux indie bien avant ça. Sea of Solitude fait parti de ces expériences que l’on sait uniques et inoubliables avant même d’y avoir jouer.

L’univers

Sea of Solitude nous embarque dans une aventure haute en couleur et en nuance de gris. Un voyage d’introspection dans la peau d’une jeune fille, Kay, qui se trouve dans un endroit qui lui est inconnu. A bord d’une embarcation de fortune, elle va devoir parcourir une ville inhabitée mais envahie par des monstres qui lui sont pourtant familiers.

L’histoire du jeu est le point le plus important de l’expérience qui nous est offerte de vivre. On découvre petit à petit ce qui a construit la jeune femme que l’on incarne, en même temps qu’elle, tout en découvrant les personnes qui l’entourent. L’aventure nous fait vivre des moments difficiles, en nous plaçant au centre de la tornade pour chaque situation.

Si Kay réalise un cheminement qui lui permet d’en apprendre un peu plus sur les hauts et les bas qui ponctuent notre vie au quotidien, ce n’est pas simplement pour avoir un fil rouge agréable en fond. C’est évidemment pour nous faire passer un message, ou au moins pour nous permettre d’être un peu plus qu’un spectateur en train de lire un journal intime.

En abordant plusieurs problèmes réels, Sea of Solitude nous propose d’arriver à la même conclusion que notre personnage principal. Dans le jeu, Kay va devoir affronter ses démons. Je vous laisse les affronter avec elle.

Le jeu

Sea of Solitude est composé de deux types de phases distinctes. D’un coté l’exploration en bateau, qui nous permet de nous déplacer de quartier en quartier au sein de la ville, moment de répit dans ce cauchemar sans fin. De l’autre des instants plus “plateforme” à pied, où l’on doit éviter les monstres en se déplaçant sur les toits et les maisons.

Seul objet à notre disposition, un lance fusé qui nous permet de nous indiquer notre destination. La lumière que l’on projette permet aussi de combattre certains monstres, comme un court moment de tranquillité.

Il n’y a rien d’inutile dans le gameplay. On saute, on grimpe, on nage et on avance, à la recherche du prochain fragment de souvenir qui se trouve un peu plus loin pour pouvoir se remémorer ces instants souvent tristes de notre passé.

Le décor où se passe l’action est magnifique. Une ville abandonnée, dans des teintes pastels, dont les détails nous donne envie de nous arrêter pour souffler un instant. Découvrir un peu les habitations vides, marcher sur les toits pour voir si des secrets s’y cachent. Seuls Kay et les monstres contrastent avec ce décor, un monde qui change totalement d’ambiance pour les phases de plateforme. Tout à coup le soleil laisse place à une nuit noire, où l’on se sent extrêmement seul face à ces dangers aquatiques qui ne nous laissent jamais tranquille bien longtemps.

La musique qui accompagne l’aventure joue parfaitement son rôle. De magnifiques morceaux de Guy Jackson qui transmet l’émotion de Kay à travers des sons mélancoliques.

La durée de vie

Il faudra passer environ 4 heures pour venir à bout de Sea of Solitude, en prenant son temps pour apprécier l’expérience de jeu qui nous est offerte. Il est possible de jouer à nouveau les chapitres de l’aventure, mais le jeu étant avant tout axé sur l’histoire, il n’y a pas de mode de difficulté. Il n’y a pas de combat en soi, seulement des phases de plateforme à la portée de tous.

Verdict

Les points positifs

  • L'originalité des monstres
  • La musique parfaite
  • L'univers de la ville sous les eaux

Les points négatifs

    Mentions spéciales

    Les détails dans la ville
    8
    L'écriture des dialogues
    10
    La maniabilité du bateau
    9.5

    En résumé

    Sea of Solitude nous propose une véritable expérience de jeu avec un but qui va plus loin que le simple divertissement. Il nous rappelle l'importance que l'on a pour les autres, mais aussi que l'on ne peut pas toujours résoudre tous les problèmes que l'on rencontrent. On se reconnaîtra tous probablement dans une des histoires de Kay.

    Où se trouve la note attribuée au jeu dans ce test ?
    C'est simple, il n'y en a pas. Nous pensons que l'expérience offerte par un jeu vidéo ne peut être réduite à une notation arbitraire aussi complexe soit-elle. Nous vous invitons à lire l'ensemble du test ainsi que le verdict qui donnent une idée assez détaillée sur l'expérience procurée par le jeu.