Sorti en novembre 2019 sur PS4 après un tapage médiatique sur Internet dont seul PlayStation a le secret, Death Stranding est un jeu qui représente assez bien l’évolution de l’industrie sur ces dernières années. Gameplay innovant, histoire tordue, sur le papier on aurait pu s’attendre à un énième jeu sorti de la tête de Hideo Kojima comme il a eu l’occasion de le faire auparavant. Et pourtant le dernier bébé du créateur japonais casse les codes pour offrir une expérience complètement différente, de quoi désarmer même ses plus grands fans. Le jeu sort cette semaine sur PC, alors on va s’y replonger.

L’univers

Bienvenue dans le futur, sur la côte Est d’un pays ravagé par un événement un tantinet surnaturel. Les USA ne sont plus que l’ombre d’eux même (pire qu’en 2020) et les survivants habitent dans des villes isolées les unes des autres. A l’extérieur des citées, la désolation. Des créatures invisibles tuent les quelques âmes qui osent s’aventurer parmi les ruines pour assurer la communication entre les derniers bastions humains.

Vous incarnez Sam Porter Bridges, et votre rôle (qui ne vous enchante pas plus que ça) est de reconnecter les villes en traversant les USA. Pourquoi vous ? Car vous avez une maladie rare qui vous permet de sentir la présence de ces ennemis invisibles et même de les combattre. Vous êtes accompagné d’un BB qui vous permet de détecter les créatures invisibles. Compagnon indispensable en plein combat, il faudra par contre gérer son stress en le cajolant si vous êtes plutôt axé infiltration sous peine qu’il se mette à pleurer et vous fasse détecter.

C’est un peu complexe et beaucoup plus sympa à découvrir en jouant, alors on va stopper ici le point sur le scénario.

Le jeu

Death Stranding est un jeu d’aventure qui nous propulse au milieu de paysages où la nature a repris ses droits. Des environnements où l’on croise peu d’amis (si ce n’est quelques porteurs comme nous qui font des aller-retours entre les villes), mais surtout des créateurs invisibles qui veulent notre peau et des mercenaires qui volent les livraisons.

Notre chevauchée fantastique est donc parsemée d’obstacles, parfois naturels (une rivière, un ravin, une montagne), parfois criminels et dans le pire des cas surnaturels. Pour venir à bout de notre aventure, notre héros va devoir utiliser toutes les ressources mises à sa disposition.

En effet, on ne se contente pas de se balader à pied, on peut (et on est souvent obligé) utiliser des objets pour avancer au milieu des terrains désertiques et inamicales. Une échelle pour traverser un cours d’eau, une corde pour descendre en rappel, tout est bon pour pouvoir nous aider à venir à bout de notre périple.

Un périple plus compliqué qu’il n’en a l’air car le principe du jeu est de transporter des objets (sous la forme de mallettes la plupart du temps) d’un point A à un point B. Des marchandises parfois volumineuses, souvent lourdes voire même fragile, qui vont modifier la façon dont vous pourrez mouvoir votre personnage. Vous ne pourrez pas porter 500kg comme ça, il faudra parfois prendre les mallettes directement dans vos mains pour garder l’équilibre. Vous devrez choisir entre une arme, une livraison, la sécurité ou la simplicité…

Descendre une pente en courant avec 150kg de marchandise sur le dos n’est pas forcément une bonne idée. Ce handicap impacte directement votre façon de jouer et l’expérience de jeu. On ne court pas au milieu d’une plaine comme on le ferait dans un RPG, c’est une expérience axée simulation qu’on nous propose ici.

Un véritable casse-tête autour duquel tourne toute l’expérience du jeu. Car si Death Stranding est un jeu solo, il est connecté aux autres joueurs. Il faut comprendre que les objets que l’on laisse sur le sol durant notre partie, les constructions de route que l’on entames, les véhicules que l’on abandonnes, tout cela “apparaît” dans la partie des autres joueurs.

On traverse seul notre aventure, mais on aide les autres porteurs, de la même façon qu’ils nous aident. Et de coup on a une tout autre dimension de jeu qui s’ouvre devant nous. On se met à essayer de mettre en place des objets en pensant aux autres avant de penser à nous. Si sauter au dessus de se précipice ne nous a pas posé de problème, pourquoi ne pas mettre en place un pont pour aider les suivants ?

Le jeu nous récompense avec des “likes” attribués par les joueurs (et par les PNJ) quand ils utilisent nos constructions. On se sent utile pour les autres sans pour autant les voir se servir de nos échelles. S’ils ne servent à rien (les likes), ils nous permettent de nous sentir connecté avec les autres. On se sent “utile”.

Death Stranding nous propose une histoire complexe mais riche, avec une réalisation graphique véritablement à la pointe, que ce soit pour les acteurs comme pour les environnements. Le tout saupoudré d’une ambiance sonore soignée. C’est un tout. Les scènes de combat sont dynamiques et les boss ponctuent l’histoire juste comme il faut. Le doublage des personnages, leur caractère et leurs relations sont travaillées jusqu’au moindre détail.

Kojima Productions nous donne les clefs de l’histoire dès le début et l’on prend plaisir à découvrir où celle ci nous mène au fur et à mesure que l’on déroule les chapitres. Difficile de ne pas s’attacher à ces personnages charismatiques au passé torturé.

La durée de vie

Death Stranding est un jeu lent et long. On avance littéralement à petit pas pendant tout le début du jeu avant de se mettre à débloquer des moyens de transport plus pratique (camion, moto,…). Mais si vous ne faites pas le jeu en ligne droite et que vous souhaitez vivre ce qu’y fait le quotidien de Sam, vous allez faire beaucoup d’aller-retour entre les villes pour livrer des colis. Il y a des missions secondaires funs, des emails à lire, des informations à grappiller par ci par là pour comprendre un peu mieux l’univers du jeu. Si le jeu vous plait, vous êtes parti pour de longues soirées.

Verdict

Les points positifs

  • L'histoire est tordue comme il faut
  • L'utilisation de la musique est parfaite

Les points négatifs

  • Un "peu" répétitif sur les livraisons

Mentions spéciales

Un jeu solo connecté aux autres joueurs
10
L'originalité des livraisons
6
Le sentiment d'accomplissement
8.5

En résumé

Death Stranding n'est pas un jeu de tir, ni un jeu d'action classique. A travers son histoire de science fiction, il nous propose d'apporter un nouveau regard sur notre quotidien. La relation que l'on a avec les autres, l'ultra connectivité apportée par Internet et l'isolation forcée suite à une catastrophe. Des sujets d'actualité, que l'on expérimente dans un jeu où la réalisation est soignée et où rien n'est laissé au hasard. Un jeu incontournable pour qui saura l'apprécier.

Où se trouve la note attribuée au jeu dans ce test ?
C'est simple, il n'y en a pas. Nous pensons que l'expérience offerte par un jeu vidéo ne peut être réduite à une notation arbitraire aussi complexe soit-elle. Nous vous invitons à lire l'ensemble du test ainsi que le verdict qui donnent une idée assez détaillée sur l'expérience procurée par le jeu.