The Falconeer fait parti des ovnis. Les jeux vidéo développés par une seule personne et qui arrivent malgré tout à se faire un nom avant leurs sorties, souvent pour une bonne raison: ils sont prometteurs.

Evénement encore plus rare, The Falconeer fait carrément parti des jeux de lancement pour la Xbox Series X|S, et c’est une bonne chose! Si le jeu a été pas mal mentionné car il permet d’atteindre les fameux 120 fps, il s’agit d’une aventure vidéoludique originale et divertissante qui pourrait bien vous plaire.

C’est parti pour le test de The Falconeer, un jeu développé par Tomas Sala.
(Tomas Sala, si jamais tu lis ce texte, bravo pour la réalisation!)

L’univers

The Falconeer nous emmène dans un univers où les terres ont laissé place à un océan infini. L’humanité survit dans des villages acrochés à quelques montagnes ou autres rochers éparpillés autour d’une faille immense qui se trouvent au milieu de l’eau séparant les survivants en plusieurs factions

Evidemment, les déplacements se font par voie maritime et aérienne, que ce soit pour le transport d’informations ou de marchandises.

C’est dans ce monde original que vous allez évoluer et vivre plusieurs aventures, pour découvrir l’histoire de cette civilisation.

Le jeu

Dans The Falconeer, on incarne un “fauconnier” un peu original. En effet, notre faucon n’est pas un animal de compagnie qui peut se poser sur votre bras, mais c’est en fait une monture qui faire plusieurs fois votre taille.

L’histoire de The Falconeer est composée de plusieurs chapitres qui vont nous permettre de découvrir plusieurs facettes de l’histoire du monde dans lequel on joue.

En effet, chaque chapitre nous permet d’incarner un personnage d’une faction différente. Une fois les 4 chapitres terminés, on comprend alors complètement la vision des protagonistes et le déroulement des événements.

Pour débuter notre histoire, il faut choisir le héros que l’on va incarner. On peut choisir parmi plusieurs personnages avec des noms et des visages différents, mais aussi entre deux classes différentes qui changent un peu nos compétences en début de partie.

Notre héros débutant l’aventure au niveau 1, il va progressivement évoluer ce qui améliorera les capacités de nos faucons (agilité, vitesse, résistance…) afin de nous permettre de relever des défis de plus en plus difficiles.

Une fois le chapitre lancé, on se retrouve sur la ville principale de notre “famille” et on peut dès à présent se balader sur la carte. The Falconeer est un jeu qui nous permet d’explorer librement la carte en volant comme on le souhaite.

Le gameplay pour voler avec notre faucon est agréable, mais il faut arriver à comprendre comment le contrôler entièrement. Par exemple on peut accélérer quelques instant grâce à une jauge de stamina qu’il faut remplir en réalisant des piqués.

Pour s’élever, on peut utiliser les courants d’air qui nous propulseront vers le haut, ou en avant pour gagner de la vitesse. Si la liberté en vol est totale, il faut apprendre rapidement à manier notre monture pour ne pas avoir de mauvaises surprises pendant les combats.

Car the Falconeer est aussi un jeu de combat dans lequel on doit au choix protéger des bateaux qu’on escorte, des objets qu’on trimballe entre nos serres, ou bien attaquer des ennemis volants, des bateaux et même des forteresses.

Pour y arriver, vous allez devoir contrôler votre faucon tout en visant vos adversaires. Un système de verrouillage vous permet de toujours garder un oeil sur votre cible pendant que vous réalisez des cascades.

Les combats deviennent rapidement de plus en plus vivants et stressants, que ce soit par le nombre d’adversaires que vous rencontrez, mais aussi par la diversité des armes des ennemis, ou encore par les conditions météorologiques qui viennent ajouter un peu de piment.

Une fonctionnalité interessante est d’ailleurs de la partie avec la possibilité de verrouiller plusieurs parties différentes d’un vaisseau ennemi. Vous pouvez détruire les canons, ou bien le moyen de locomotion en premier, il suffit d’appuyer sur un bouton.

Le seul problème c’est que dans la précipitation, on ne sait pas toujours très bien ce qu’on a sélectionné comme cible…

Vous n’avez pas des “munitions” illimitées, il faut donc les recharger de temps en temps avec de l’énergie que vous pouvez trouver au milieu des orages ou en allant près des volcans.

Par exemple si vous rechargez votre arme avec une énergie volcanique, vous pourrez faire des tirs enflammés qui brûleront vos adversaires.

Votre monture ne peut être équipée que d’une seule arme à la fois. Vous avez par contre la possibilité de la remplacer par une nouvelle moyennant finance. La nouvelle fera plus de dégâts, mais elle aura aussi un fonctionnement différent.

L’arme la plus chers du jeu fait des dégâts considérables, mais cela vide vraiment très rapidement vos munitions. A vous d’acheter l’arme qui correspond le mieux à votre style de jeu. Vous pouvez aussi “upgrader” votre faucon, que ce soit avec des objets temporaires ou des accessoires permanents.

En dehors de la mission principale, vous pouvez réaliser des contrats facultatifs pour gagner un peu d’argent. Les missions ressemblent comme deux gouttes d’eau à celle de l’histoire, en plus facile.

Malheureusement elles ne nous apprennent rien sur l’intrigue du jeu et on les effectue pour gagner des pièces, et c’est assez répétitif.

The Falconeer nous propose une histoire intéressante, des combats qui nous tiennent en haleine avec une liberté de mouvement qui fait plaisir. Sans oublier l’univers qui donne vraiment envie de se balader, à travers les nuages, pour escorter des navires perdus ou pour explorer des temples abandonnés.

Le jeu est beau, dans un style visuel particulier qui nous propose des couleurs vives, le tout accompagné d’une musique parfaite. Rien que pour l’univers visuel et l’ambiance on a envie de lancer le jeu pour survoler l’océan quelques instants.

Si vous voulez vivre l’aventure avec plus de réalisme, vous pouvez cacher le HUD pour ne voir que votre faucon. Une bonne idée qui est agréable lorsqu’on explore le monde.

La durée de vie

J’ai joué une dizaine d’heure à The Falconeer pour venir à bout de l’histoire principale mais aussi pour me balader sur la carte pour la découvrir complètement. On passe facilement un peu de temps à voler au dessus des îles abandonnées, et on peut toujours retourner jouer à n’importe quel chapitre en gardant les objets et les niveaux débloqués.

Verdict

Les points positifs

  • L'univers
  • La liberté d'exploration

Les points négatifs

  • Les missions secondaires répétitives
  • La gestion des armes et des faucons

Mentions spéciales

En résumé

The Falconeer nous propose une belle expérience de jeu avec une aventure originale. Le gameplay peut en freiner plus d'un, mais une fois que l'on a compris comment contrôler notre faucon, on profite pleinement des combats et du monde à explorer qui nous entoure.

Où se trouve la note attribuée au jeu dans ce test ?
C'est simple, il n'y en a pas. Nous pensons que l'expérience offerte par un jeu vidéo ne peut être réduite à une notation arbitraire aussi complexe soit-elle. Nous vous invitons à lire l'ensemble du test ainsi que le verdict qui donnent une idée assez détaillée sur l'expérience procurée par le jeu.